Analogie Identitaire

26 juin 2019

Une démonstration pour l'honneur

Deux Super Hornet F / A-18F, assignés aux coéquipiers de l'escadron de chasse Strike Fighter Two One One (VFA-211), effectuent une passe de reconnaissance à grande vitesse pendant le vol tactique démonstration de puissance dans le cadre du 2005 ... NORFOLK, Virginie (WAVY) - Un groupe de quatre Hornet F / A-18 volera dans la formation manquante pour honorer le sénateur John McCain lors de son enterrement à l'Académie navale américaine dimanche. La formation de l'homme manquant est un salut aérien effectué lors d'un événement funéraire ou commémoratif à la mémoire d'un aviateur décédé. L'un des avions de la formation à quatre avions se mettra en position verticale pour signifier le passage de l'âme de l'aviateur au ciel, selon la Naval Air Force Atlantic. Les escadrons sont Strike Fighter Squadron -31 (VFA-31), les «Tomcatters»; VFA-32 “Épéistes”; VFA-105 «Gunslingers»; et VFA-87 «War Party». McCain était un aviateur naval et a été abattu au-dessus du Vietnam. Il a été détenu en tant que prisonnier de guerre pendant plus de cinq ans et a reçu la médaille Silver Star après sa libération. Connexe: Une chronologie du service de John McCain à son pays McCain était le candidat présidentiel du GOP en 2008 et a perdu face à Barack Obama. Au moment de sa mort, il était dans son sixième mandat pour représenter l'état de l'Arizona. En juillet dernier, des médecins ont découvert une tumeur au cerveau lors d'une intervention visant à retirer un caillot de sang au-dessus de ses yeux. Il est mort en août. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de cette activité de vol en L39 Albatros à La Roche sur Yon.

Posté par analogieident à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 juin 2019

Vers la guerre civile au Venezuela

Accueilli par ses soutiens en liesse à son retour lundi au Venezuela, l'opposant Juan Guaido a lancé un nouvel appel à manifester samedi pour maintenir la pression sur le régime de Nicolas Maduro. Caracas, moins d'une heure après son arrivée. Celui qui s'est autoproclamé chef de l'Etat - et a été reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays - avait quitté clandestinement le pays il y a une dizaine de jours pour se rendre en Colombie. Malgré la crainte d'être arrêté, il est rentré ce lundi par un parcours resté secret jusqu'au dernier moment. Depuis l'Equateur, il s'est envolé pour Bogota d'où il a pris un vol pour Panama, afin de rejoindre Caracas, destination desservie par très peu de vols sur le continent. Juan Guaido avait annoncé la semaine dernière son intention de rentrer au pays "malgré les menaces". Dimanche soir, via les réseaux sociaux, il a mis en garde le régime de Nicolas Maduro contre toute "tentative de l'enlever", qui constituerait selon lui "son ultime erreur". Arrivé lundi à la mi-journée à l'aéroport de Caracas, il a été accueilli par ses partisans et un comité d'ambassadeurs européens et latino-américains venus garantir sa sécurité, a expliqué le représentant de la France Romain Nadal. Des rassemblements similaires se sont tenus dans les principales villes du pays, en congé pour cause de carnaval, sans aucun incident notable. Pour l'analyste Luis Vicente Leon, joint par l'AFP, le retour de Guaido était "indispensable pour maintenir l'élan et son leadership sur l'opposition". BID). Le président par intérim a renouvelé son appel aux forces armées, principal soutien du gouvernement, à le rejoindre. A ce jour environ, 700 militaires ont fait défection vers la Colombie et le Brésil, sans faire basculer l'armée de 350.000 hommes.

Posté par analogieident à 08:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2019

Sur le circuit de Magny Cours

Tous les enfants sont fascinés par la vitesse, mais je crois que celle-ci a pris une dimension particulière chez moi. Chaque fois que je partais en vacances, la question de savoir si nous allions à la plage ou la montagne m'importait peu : ce qui m'intéressait, c'était l'idée de prendre le train. Et cette flamme n'a pas changé. Récemment encore, je me suis amusé à faire un baptême de F1 à Magny Cours, une expérience de fou furieux où le pilote a franchi la barre des 300 km/h ! Cette virée surprenante m'a incité à cogiter sur ce qui me réjouissait à ce point dans la vitesse. En fin de compte, je crois que cet attrait entretient un lien très fort avec la notion d'espace. La vitesse restreint la carte du monde. Le Concorde offrait la possibilité de relier Paris – New York en 3h30 ; c'était vraiment un pont physique donnant accès à un autre continent. Cette vitesse rapproche les gens. Ce qui était autrefois mystérieux devient soudain atteignable. La question de la vitesse est d'après moi une pierre angulaire dans l'évolution des hommes. A partir du moment où l'auto est passée au stade industriel, cela a constitué un changement majeur dans le quotidien des individus : ils ont  soudainement pu flâner où ils voulaient, de explorer des coins qui leur étaient auparavant impossibles à voir, pour la simple raison qu'y aller aurait pris trop de temps. Internet s'inscrit dans la même veine : il améliore la discussion. Les apports de la technologie réduisent le monde qui nous entoure à un timbre-poste. Et ça a un impact évident sur notre perception du monde. Au plus le monde s'étrécit, au plus nous voyons au delà. Si l'on regarde BFM TV en boucle, on en arrive à croire que nous allons droit dans le mur. Mais il y a méprise : parce qu'en vérité, ça va de mieux en mieux ; c'est seulement que les problèmes qui existaient déjà sont à présent acessibles aux médias grâce aux technologies.En tout cas, si vous êtes comme moi un fou de vitesse, je vous conseille vivement cette expérience en F1 : c'est très magistralà faire ! Je vous mets en lien le site par lequel je suis passé pour ce baptême à Magny Cours... Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de l'expérience de baptême en formule 1.

f1-12

Posté par analogieident à 11:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2019

Le problème c’est que tout va bien

La plupart d'entre nous sommes concentrés sur notre propre fortune, pas sur l'état de l'économie. Pendant ce temps, les chefs d’entreprise, ainsi que les décideurs, ont tendance à laisser le temps s’écouler jusqu’à ce qu’ils s’arrêtent. Mais qu'est-ce qui préoccupe un économiste de premier plan en matière d'économie? "Quand les gens ne sont pas inquiets", a déclaré Randall Kroszner, professeur d'économie à la Booth School of Business de l'Université de Chicago, lors de l'événement annuel consacré aux perspectives économiques de l'école, organisé la semaine dernière. "Quand le choc arrive, ils ne sont pas préparés." Oui, même dans cette économie robuste - qui comprend un marché boursier haussier qui fait rage - se cache la possibilité que quelque chose se passe très mal. L'astuce consiste à reconnaître les mines terrestres et à les désamorcer avant qu'elles ne se transforment en une crise financière mondiale comme celle que nous avons connue il y a près de dix ans. Bien sûr, c'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire. Mais, d’après ce que disent les experts de Booth et de quelques autres, voici quelques domaines à surveiller: –– Les défis de la Chine. Il y a des préoccupations croissantes que si le Trump L'administration déclenche une guerre commerciale sérieuse avec la Chine. Son gouvernement pourrait exercer des représailles en ralentissant ou en n'achetant pas de bons du Trésor américains, ce qui entraverait le commerce et la croissance économique des États-Unis. Déjà, la Chine détient plus de 1,1 billion de dollars sur les 6,3 billions de dollars de titres de créance publics américains en circulation, selon le département du Trésor. De plus, les experts ont noté que la Chine allait devenir la plus grande économie du monde dans un avenir proche, mais qu'elle opère dans le plus grand secret, de sorte que nous ne connaissons vraiment pas la santé financière de ses entreprises et de ses institutions. –– Financiers de l'ombre. La crise financière de 2008 a entraîné une réglementation importante du système bancaire traditionnel en augmentant les exigences de fonds propres - les banques monétaires doivent avoir sous la main - et en resserrant les règles en matière de prêt et de crédit. Cependant, le gouvernement n’est pas allé aussi loin avec les prêteurs non bancaires et les institutions financières, notamment les banques d’investissement, certains prêteurs hypothécaires, les fonds du marché monétaire, les compagnies d’assurance, les fonds de couverture et fonds de private equity. Ce sont les centrales financières, notamment à Chicago, à New York et dans la Silicon Valley, qui sont souvent à l’origine d’acquisitions majeures d’entreprises, de jeux de haute technologie et de jeunes entreprises de marque, comme le géant du partage de trajet en difficulté Uber. L’une des préoccupations est que certains de ces acteurs investissent ou prêtent trop d’argent pour des projets d’animaux domestiques. En cas de ralentissement économique ou de resserrement du crédit, leurs entreprises clientes pourraient avoir des difficultés à rembourser leurs prêts ou à les renégocier, ce qui pourrait entraîner une vague de faillites commerciales et de temps difficiles. "Le système financier parallèle est le lieu où le risque augmente", a déclaré Raghuram Rajan, professeur de finance à Booth. –– Le destin de Bitcoin. Si vous en avez assez d'entendre parler de bitcoin, rejoignez le club. Cela dit, la crypto-monnaie ne va nulle part (du moins pour le moment), même si de nombreux experts financiers et investisseurs réputés se disent confus quant à la valeur du bitcoin pour l'économie. Intrépides, le Chicago Mercantile Exchange et le Chicago Board Options Exchange négocient des contrats à terme bitcoin, conférant à la monnaie une crédibilité institutionnelle globale qui lui faisait défaut. Le PDG de CBOE, Edward Tilly, a déclaré la semaine dernière qu'il envisageait de proposer davantage de produits destinés aux monnaies numériques et aux systèmes de paiement basés sur le cyberespace. La valeur de Bitcoin a chuté, à environ 10 000 dollars lundi, loin du record de près de 19 000 dollars atteint à la mi-décembre. Une explosion de Bitcoin est-elle une menace pour l'économie? Les panélistes de l’Université de Chicago ne le pensent pas. Néanmoins, un bitcoin en réservoir pourrait compromettre les méthodes de paiement numériques alternatives émergentes qui apparaissent dans les économies américaine et d'outre-mer et étouffer une nouvelle façon de faire des affaires. –– La tourmente de Trump. Je n'ai pas encore rencontré de PDG qui ne soit pas satisfait de la nouvelle loi fiscale, qui réduit le taux d'imposition des sociétés à environ 21%, qui passe d'environ 35% à 21%. Austan Goolsbee, professeur d'économie à Booth et conseiller du président Barack Obama, a déclaré que la loi ne faisait pas partie de l'Armageddon. collègues démocrates ont peur. Cependant, il fait valoir que le projet de loi constitue une "aubaine" pour les grandes entreprises qui auront un "aspect de croissance assez modeste" sur l'économie. En termes de stimulation de la croissance, une facture fiscale plus petite et moins complexe aurait mieux fonctionné, a-t-il déclaré. La guerre politique et le dysfonctionnement qui se produisent constamment à Washington sont bien plus perturbants. Les experts financiers notent que les fermetures gouvernementales, comme celle que nous venons de subir, finissent souvent par avoir le plus grand impact négatif sur les marchés et l'économie. Il en va de même pour les querelles incessantes des principaux partis politiques. "Les gens n'aiment pas voir les parents se disputer", a déclaré Goolsbee. Sommes-nous en croisière pour une récession ou une crise financière cette année? Aucun des experts ne le pense. Mais il ne fait pas de mal de garder un œil sur les signes avant-coureurs.

Posté par analogieident à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2019

1er Sommet de Corse

Un séminaire, auquel j'ai participé il y a quelques jours, m'a permis de contempler plusieurs contenus fournis par les marques. Et en les apercevant, j'ai été stupéfait de noter à quel point certaines marques n'ont pas assimilé les bases du contenu de marque : un grand nombre des contenus mis en avant ne présentait effectivement dénué du moindre intérêt, et ces contenus étaient indubitablement condamnés à être des plantages vis-à-vis du public. On ne le dira sans doute jamais assez : dans le champ du contenu de marque, la qualité est la première condition du succès. Elle ne suffit pas toujours, mais elle est cependant fondamentale. Sur le marché des contenus, les contenus mis en avant par les marques ne se contentent pas d'être en lutte avec les autres publicités : les contenus de marque sont en concurrence avec l'ensemble des contenus produits, comme ceux fournis par les médias classiques. Les spectateurs sont en mesure de regarder un contenu de marque ou le dernier Disney, peuvent choisir de regarder un live de Britney Spears ou le making of d'un festival planifié par Cadbury. En définitive, les marques se doivent de présenter des contenus à forte valeur ajoutée, et elles ne parviennent pas toujours à leur but. La variété de contenus étant tellement riche, pourquoi le spectateur devraient-ils s'imposer des contenus de marques ? Les contenus observés comme sans valeur sont condamnés à disparaître dans la sphère insondable des contenus accouchés chaque jour et qui restent invisibles, comme tous ces bouquins édités à chaque rentrée littéraire et que personne n'achète. Le pire, pendant ce meeting, a été de percevoir que les marques qui étaient incapables d'imposer leurs contenus critiquaient l'utilité du brand content. Une belle entreprise de déni ! Messieurs, mesdames, la dualité de la situation ponctue les concepts appropriés des employés mais l'experience révèle les problèmes adéquats des bénéficiaires. Je m'engage solennellement devant vous : l'experience comforte les changements cumulatifs du groupe alors que l'exploration comforte les paramètres distincts du concept. Pour plus d'informations, allez sur le site de l'organisation du séminaire en Corse et trouvez toutes les informations.

Posté par analogieident à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 février 2019

Ecouter Zuckerberg

« Les Européens ont raison sur certaines choses », a admis Mark Zuckerberg devant le sénateur républicain Lindsey Graham qui lui demandait si les Européens avaient raison en matière de régulation. Bien sûr, le dirigeant de Facebook cherchait à ne pas donner entièrement gain de cause à ce parlementaire qui, avec 43 collègues, l’a auditionné plus de cinq heures, mardi 10 avril, avant une audition non moins longue par la Chambre des représentants mercredi. Mais entendre le fondateur, président-directeur général et actionnaire du plus grand réseau social du monde, l’un des plus célèbres représentants de la Silicon Valley, concéder du terrain à la logique du Vieux Continent est symbolique. Et résume en partie le changement d’ambiance politique aux Etats-Unis, autour du pouvoir des grandes plates-formes numériques et de leur possible soumission à des lois plus strictes. Mark Scott, journaliste spécialisé en technologies pour le site d’information américain Politico s’est amusé sur Twitter de l’évolution du discours : « En 2017, l’avis des Etats-Unis sur l’approche européenne de régulation des entreprises technologique : “C’est un racket protectionniste destiné à nuire à l’Amérique !” En 2018, l’avis des Etats-Unis après le dernier scandale de Facebook sur les données : “Ne pourrions-nous pas avoir les mêmes protections que l’Europe ?” » L’inspiration du « RGPD » européen Mardi, lors de l’audition, la sénatrice démocrate Maria Cantwell a renchéri : « Pensez-vous que la régulation européenne [en matière de vie privée] devrait s’appliquer aux Etats-Unis ? », a-t-elle demandé. Réponse de Mark Zuckerberg : « Tout le monde sur la planète a le droit au respect de sa vie privée. […] J’imagine que les choses seraient un peu différentes aux Etats-Unis, où nous avons une sensibilité légèrement différente, mais nous voulons mettre en place partout dans le monde le “consentement éclairé” et d’autres choses qui sont contenues dans le RGPD [règlement général sur la protection des données]. » Le patron de Facebook faisait référence au règlement qui doit entrer en vigueur dans l’Union européenne le 25 mai. Le réseau va-t-il appliquer partout ses principes, qui prévoient par exemple le droit de supprimer ses données ? Probablement pas. Mark Zuckerberg joue un peu sur les mots : le 5 avril, après avoir jugé le RGPD « très positif », il avait promis de mettre à disposition dans le monde entier « les mêmes contrôles et paramètres » sur la vie privée, mais « probablement » pas dans « le même format ». Changement de ton après Obama Il n’empêche : l’approche moins permissive envers les grandes entreprises du numérique, en vigueur dans l’Union européenne, gagne du terrain. « Ma position n’est pas qu’il ne faut pas qu’il n’y ait pas de régulation. La vraie question est : quelle est la bonne régulation ? », a rappelé Mark Zuckerberg, conformément au nouveau mot d’ordre adopté par l’entreprise en réponse aux pressions politiques. Mardi, quelques sénateurs d’inspiration libérale ont bien rappelé le risque de « surréguler » le secteur technologique. Mais la tonalité a changé depuis l’époque où Barack Obama raillait les enquêtes anticoncurrentielles lancées par la Commission européenne, dans un entretien au site Recode en 2015 : « Pour la défense de Google et Facebook, la réponse européenne est ici surtout guidée par des motivations commerciales. (…) Certains fournisseurs de services qui n’arrivent pas à concurrencer les nôtres essaient en gros de leur mettre des bâtons dans les roues. » « Dans le domaine technologique, les Européens ont parfois l’impression d’être en retard, mais être en retard quand la direction générale n’est pas bonne… Ça peut vouloir dire être en avance », rappelle Cathy O’Neil, autrice d’un livre sur les dangers des algorithmes (Weapons of Math Destruction, Crown, 2016, non traduit), interrogée en marge du sommet sur l’intelligence artificielle organisé le 29 mars à Paris par le gouvernement. Des élans politiques similaires des deux côtés de l’Atlantique Aux Etats-Unis, de nouvelles réglementations pourraient voir le jour. Mardi, le sénateur démocrate Ed Markey a demandé à Mark Zuckerberg s’il soutiendrait le vote du « consent act », un projet de loi qui impose « comme en Europe » le consentement préalable d’un utilisateur avant de pouvoir utiliser ses données. « En principe oui, mais les détails importent », a esquivé M. Zuckerberg. Récemment, certains ont défendu la création d’une agence américaine de protection des données - un débat qui peut paraître surprenant vu d’Europe et particulièrement de France, où la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) applique depuis 1978 la loi du même nom. Egalement évoqué mardi, le débat autour de la « responsabilité » de Facebook sur les contenus publiés fait écho à des discussions européennes : la révision en cours de la directive européenne sur les services de médias audiovisuels vise ainsi à renforcer les obligations des plates-formes numériques. Dans un autre domaine, Google a annoncé récemment la création de Google News Initiative, qui étend au monde entier son programme de soutien financier au journalisme, né en France en 2013 puis élargi à l’Europe en 2015. Enfin, les attaques répétées de Donald Trump envers Amazon et son patron, Jeff Bezos, accusés de « ne pas payer leurs impôts » peuvent faire penser aux velléités de la Commission européenne d’imposer une fiscalité plus stricte aux grandes plates-formes comme Google et Facebook. Cette petite revanche acquise, la route reste toutefois longue pour ceux qui rêvent d’une régulation complète des GAFA, aux Etats-Unis ou en Europe. Sur Twitter, le député européen et ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt a en tout cas assuré mardi ne pas se satisfaire de cette première audition de Mark Zuckerberg : « Dommage que les citoyens européens doivent s’en remettre aux sénateurs américains pour obtenir la vérité sur ce qui s’est passé avec leurs données. J’invite Mark Zuckerberg à venir devant le Parlement européen nous expliquer comment Facebook compte se mettre en conformité avec la législation européenne sur la vie privée.

Posté par analogieident à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

Londres en mode sport

Comme partout ailleurs, les Londoniens sont également soucieux de leur forme physique et souhaitent prendre soin de leur corps en suivant un régime alimentaire et en faisant de l'exercice. Les nombreux gymnases de Londres offrent également l'ambiance et les installations idéales pour aider les gens dans cette entreprise. Ces gymnases disposent des derniers équipements et des entraîneurs appropriés pour aider les gens à réaliser leur désir de rester en forme. Ces gymnases sont situés à différents endroits de Londres et l'on a vraiment l'embarras du choix. Un autre avantage de Londres est sa topographie circulaire, ce qui facilite grandement les trajets quotidiens. L'excellent système de transport facilite également les déplacements dans la ville. Par conséquent, la proximité d'un gymnase ou le fait que vous y soyez peut-être obligé de vous rendre un peu au gymnase de votre choix peut difficilement être une excuse pour ne pas maintenir la régularité et la régularité de votre fréquentation. Il est possible de localiser des gymnases à Londres en utilisant les informations des journaux locaux et des nombreux sites Internet. L'astuce consiste à choisir quelque chose qui convient à vos besoins et à vous fournir le soutien nécessaire, tant en termes d'équipement que de formateurs professionnels, qui peuvent travailler avec vous pour vous aider à atteindre vos objectifs. La seule contrainte semble être le temps, car la vie est très occupée dans cette ville animée et les gens ne trouvent tout simplement pas le temps de s'engager dans un programme d'exercices - bien qu'ils veuillent le faire. L'un des gymnases les plus populaires de Londres associe des installations telles qu'un ring de boxe et un écran de cinéma à une gamme complète d'équipements de sport. Il propose également des studios de spinning et une impressionnante zone de poids libres dotée d'installations de musculation à la pointe de la technologie. L'atmosphère est semblable à celle d'une boîte de nuit et malgré l'apparence générale du thème de la boxe, la participation des hommes et des femmes est très égale. Un autre groupe est fier de ses faibles cotisations et est équipé d'une zone d'entraînement pour le Pilates, d'un centre de cardio-training spacieux et d'un équipement de haute technologie pour la musculation. Bien que l'ambiance ne soit pas très chic, les équipements proposés sont assez impressionnants compte tenu des tarifs appliqués. Pour ceux qui s'intéressent à quelque chose de plus frénétique, celui-ci possède également un trampoline, un terrain de volley-ball, une piscine et un très bon lieu de restauration dans ses limites. Un autre des célèbres gymnases londoniens s'étend sur quatre niveaux reliés par des escaliers ouverts en acier. Celui-ci dispose d'installations pour tester les compétences d'escalade de ses membres et d'une table de ping-pong placée sur un socle en verre au-dessus de la piscine. Cet endroit regorge d'équipements des meilleurs fabricants et offre même une installation simulée aux personnes souhaitant tester leurs aptitudes et leurs compétences à haute altitude. Les conditions sont créées de manière à ce que la personne puisse respirer des niveaux de pourcentage d'oxygène comparables à des altitudes de sept à neuf mille pieds. D'autres fonctions, comme un studio de Pilates et de gyroscopie, ainsi que des cours spéciaux de yoga et d'arts martiaux, complètent le tableau d'une unité de travail très complète et à la pointe de la technologie. Il existe d'autres salles de sport qui ne sont pas aussi sophistiquées ni aussi chères, mais elles sont tout aussi recherchées en termes d'installations standard offertes à des prix raisonnables. Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de ce voyage à Londres.

Posté par analogieident à 13:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2018

La force face à l’adversité

De peur que le récit que j’ai donné de ces grandes forces ne soulève la question Pourquoi: n’ont-ils pas participé à la grande bataille en France? Je dois préciser que, mis à part les divisions qui forment et organisent chez eux, seulement douze divisions Les troupes étaient équipées pour combattre sur une échelle qui justifiait leur envoi à l'étranger. Et cela correspondait tout à fait au nombre que les Français avaient été amenés à attendre serait disponible en France au neuvième mois de la guerre. Le reste de nos forces à la maison ont une valeur de combat pour la défense du pays qui sera, bien sûr, progressivement pli chaque semaine qui passe. Ainsi, l'invasion de la Grande-Bretagne serait à ce stade temps nécessite le transport à travers la mer des armées hostiles sur un très grand à grande échelle, et après avoir été tellement transportés, ils devraient être continuellement maintenu avec toutes les masses de munitions et de fournitures nécessaires à la bataille continue - comme bataille continue ce sera sûrement. Voici où nous arrivons dans la marine - et après tout, nous avons une marine. Certaines personnes semblent oublier que nous avons une marine. Nous devons leur rappeler. Depuis trente ans Je me suis inquiété dans les discussions sur les possibilités d'invasion outre-mer, et j'ai pris la responsabilité au nom de l'amirauté, au début du dernier guerre, de permettre à toutes les troupes régulières d'être expulsées du pays. C'était très mesure sérieuse à prendre, car nos Territoriaux venaient tout juste d’être appelés et étaient assez peu entraîné. Par conséquent, cette île a été pendant plusieurs mois particulièrement dénudée des troupes de combat. L’Amirauté avait alors confiance en sa capacité à préparer une invasion massive même si, à cette époque, les Allemands avaient une magnifique batte- la flotte dans la proportion de dix à seize, même s’ils étaient capables de combattre un engagement général tous les jours et tous les jours, alors qu’ils n’ont plus qu’un quelques navires lourds qui valent la peine d’être mentionnés - le Scharnhorst et le Gneisenau. nous On dit également que la marine italienne doit sortir et gagner la supériorité de la mer dans ces eaux. S'ils le veulent vraiment, je dirai seulement que nous serons ravis d'offrir Monsieur Mussolini, un passage libre et sécurisé dans le détroit de Gibraltar ordonner qu'il puisse jouer le rôle auquel il aspire. Il y a une curiosité générale dans la flotte britannique pour savoir si les Italiens sont au niveau où ils étaient à la dernière guerre ou s'ils sont tombés du tout. Par conséquent, il me semble que dans la mesure où une invasion maritime à grande échelle est concernés, nous sommes beaucoup plus capables de le faire aujourd'hui que nous en étions à plusieurs la dernière guerre et les premiers mois de cette guerre, avant nos autres troupes ont été formés et que le B.E.F. avait procédé à l'étranger. Maintenant, la marine ont jamais prétendu être capable d'empêcher les raids des corps de 5 000 ou 10 000 hommes jeté soudainement à travers et jeté à terre à plusieurs points sur la côte une sombre nuit ou matin brumeux. L’efficacité de la puissance de la mer, surtout dans les conditions modernes dépend de la force d’invasion étant de grande taille. Il doit être de grande taille compte tenu de notre force militaire, de toute taille. Si elle est de grande taille, alors le La marine a quelque chose qu’elle peut trouver et rencontrer et, pour ainsi dire, mordre. Maintenant nous Il ne faut pas oublier que même cinq divisions, même faiblement équipées, nécessiteraient 200 à 250 navires, et avec la reconnaissance aérienne moderne et la photographie, il serait pas facile de collecter une telle armada, de la mettre en marche et de la conduire à travers la mer sans aucune force navale puissante pour l'escorter; et il y aurait une très grande possibilité bilités, pour le dire gentiment, que cette armada serait interceptée bien avant atteint la côte, et tous les hommes se sont noyés dans la mer ou, au pire soufflé morceaux avec leur équipement alors qu'ils essayaient d'atterrir. Nous avons aussi un super système de champs de mines, récemment fortement renforcé, à travers lequel nous seuls savons les canaux. Si l'ennemi tente de balayer des passages à travers ces champs de mines, il la tâche de la marine de détruire les dragueurs de mines et toutes les autres forces ployed pour les protéger. Il ne devrait y avoir aucune difficulté à cela, en raison de notre grande supériorité.

Posté par analogieident à 08:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2018

Le vin de glace

Le vin de dessert, fabriqué à partir de raisins congelés alors qu'ils sont encore sur le vin de vigne est un type coûteux. Les vins de glace naturels nécessitent des températures de congélation, lorsque les raisins sont mûrs après. Les raisins qui produisent du vin de glace doivent être écrasés, mais ils sont encore gelés. Les collectionneurs de vins de glace travaillent habituellement la nuit ou tôt le matin comme ça. Les raisins de glace sont habituellement récoltés dans quelques heures. Qu'est-ce qui rend le vin de glace unique? Le vin de glace a un goût sucré frais. Lorsque les raisins de glace sur la vigne et congelés, les sucres et autres solides dissous, acides et extraits), ne gèlent pas, ils sont concentrés. Cependant, les vins de glace ont de l'eau glacée et les raisins sont déshydratés. Ce qui contribue au vin de glace avec un goût sucré. Les raisins de glace congelés jusqu'à ce qu'ils soient fermentés. Une chose notable parmi les raisins de glace est qu'ils n'influent pas sur Botrytis cinerea. Botrytis cinerea est un champignon, qui est des raisins à vin. Cela signifie qu'avant la récolte, les vins de glace sont en bonne santé et en bon état. Peut être enlevé seulement des raisins sains et des raisins sont à Botrytis cinerea, offre un meilleur vin de dégustation. Les vins de glace sont généralement fabriqués à partir des régions du nord, qui sont des températures très basses. Les vins de glace les plus célèbres et les plus chers produits en Allemagne, Eiswein) et au Canada. L'un des vins de glace les plus célèbres produits dans la cave canadienne Inniskillin dans la région de Niagara. Dans ces pays, le vin de glace peut coûter entre 50 $ et 70 $ (canadien) et 90 $ (Allemagne). Le vin de glace est produit dans le nord des États-Unis, en Autriche, en Croatie, en République tchèque, en Italie, en Slovaquie, en Slovénie, en Hongrie, en Australie, en France, en Nouvelle-Zélande et en Israël. Les raisins de glace allemands, autrichiens et canadiens doivent geler naturellement, que leur vin s'appelle le vin de glace. En revanche, certaines vignobles utilisent un procédé appelé extraction pour produire des criques non traditionnels de vins de glace. Cryoextraction sont des glaces de glaçage de glace mécaniques. La cryoconction imite les effets des raisins naturels à la glace froide. Les raisins ont été récoltés dans d'autres raisins mécaniquement congelés à des raisins naturellement congelés. Les vins de glace produits de cette manière sont parfois appelés la «boîte à glace du vin». Les raisins de glace utilisés sont généralement Riesling, Vidal et Cabernet Franc. Les raisins Riesling sont des raisins blancs en Allemagne, en France, en Autriche et en Italie. Les raisins Vidal sont des raisins blancs du district d'Ugni Blanc d'Or et l'hybridation entre les raisins. Les raisins de Cabernet Franc sont des raisins rouges cultivés à Bordeaux, en France. La plupart des vins de glace ont une teneur en alcool plus faible que les vins réguliers. Lorsque le vin de glace Reisling de la teneur en alcool allemande est inférieur à 6%, et que les vins de glace canadiens sont généralement compris entre 8 et 13 pour cent d'alcool. Comme les vins du désert de glace sont des vins, ils peuvent être jumelés à presque tous les desserts. Le vin de glace a une saveur distincte, donc si vous nouez avec un dessert, prenez garde à trop de desserts sucrés. Le vin de glace goûte d'excellents gâteaux, muffins, gâteaux, crèmes anglaises, puddings, fromages, bleu ou fromage de chèvre) et du foie gras. Le meilleur vin de glace est très coûteux, mais les vins de glace peuvent être achetés à n'importe quelle gamme de prix. Indépendamment de votre gamme de prix, il faut essayer un vin de glace. Bien qu'ils aient été nommés vin de dessert, le vin de glace est excellent dans un verre de liqueur au dîner. Le vin de glace est une expérience de goût unique, et il n'est pas étonnant qu'ils soient si populaires. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce cours d'oenologie à Saumur.

vin paris blanc

Posté par analogieident à 08:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2018

La campagne de violence contre les Rohingyas au Myanmar

L’an dernier, les forces de sécurité du Myanmar ont lancé une campagne de nettoyage ethnique ciblée contre les Rohingyas dans le nord de l’État d’Arakan, se livrant à des actes constitutifs de crimes contre l’humanité, tels que des homicides illégaux, des viols et des incendies de villages. Ces atrocités, perpétrées en réaction illégale et disproportionnée à des attaques contre des postes de sécurité par un groupe armé rohingya en août, ont entraîné la plus grave crise des réfugiés qu’ait connue l’Asie du Sud-Est depuis plusieurs dizaines d’années. Les sévères restrictions imposées par le Myanmar aux organisations humanitaires travaillant dans l’État d’Arakan ont encore aggravé les souffrances. Plus de 655 000 Rohingyas ont fui au Bangladesh. À la fin de l’année, près d’un million de réfugiés rohingyas, parmi lesquels des personnes ayant fui des vagues de violence précédentes, se trouvaient dans le district de Cox’s Bazar, au Bangladesh. Les Rohingyas restés au Myanmar vivaient toujours sous un régime constituant une forme d’apartheid, dans lequel leurs droits, notamment à l’égalité devant à la loi et à la libre circulation, ainsi que leur accès aux soins de santé, à l’éducation et au travail, étaient très restreints. Les forces de sécurité du Myanmar étaient les principales responsables des violences contre les Rohingyas. Cependant, le gouvernement civil dirigé par Aung San Suu Kyi ne les a pas condamnées et n’est pas intervenu. Au lieu de cela, il a dénigré les travailleurs humanitaires, les accusant d’aider des « terroristes », tout en niant les exactions. Malgré les multiples éléments de preuve des atrocités commises au Myanmar, la communauté internationale, y compris le Conseil de sécurité de l’ONU, n’a pas pris de mesures concrètes ni fait clairement savoir que les crimes contre l’humanité commis par l’armée ne resteraient pas impunis.

Posté par analogieident à 13:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]